il y a 4 mois -  - 2 minutes

Mieux former au numérique grâce aux EdTech

Afin de combler le vivier de talents dans le numérique, il est important de solidifier la filière EdTech. Pour ce faire, Numeum édite, avec l’AFINEF, EducAzur, EdTech France et EdTech Grand Ouest un rapport dressant des pistes de développement. Pas moins de 12 propositions d’accélération sont ainsi formulées.

Centrale pour nourrir la croissance et les recrutements des entreprises du numérique, la filière EdTech connaît un parcours singulier. Bien que fragmentée, elle demeure toutefois innovante et essentielle pour former aux compétences de demain. Afin de dresser un panorama complet de la situation, Numeum édite, en partenariat avec l’AFINEF, EducAzur, EdTech France et EdTech Grand Ouest, un document permettant d’aborder des propositions pour le futur.

Baptisé « Les technologies au service de l’éducation : une chance pour la France« , le document émet 12 propositions. Il s’agit tout d’abord d’accélérer la formation des professeurs. Un travail de fond est nécessaire sur ce sujet particulier dans la mesure où moins de 5% d’entre eux ont utilisé les ressources mises à leur disposition dans les banques de ressources du numériques (BNRE) proposées par l’Education nationale.

EdTech : la filière attire les investisseurs TechTalks

Second point, il convient de faciliter et de sécuriser l’accès aux marchés. Là encore, les professeurs doivent pouvoir compter sur les financements des collectivités et de l’Education nationale pour utiliser le numérique en appui à leur enseignement. Concernant le marché des EdTech, il serait capital de faire émerger de nouveaux champions français. Un meilleure fléchage des investissements pourrait répondre à cette attente particulière.

Des moyens et des données pour les EdTech

Le rapport préconise d’accélérer la création de la plateforme des données de l’éducation. Cette base de données doit alors permettre de rassembler l’ensemble des données d’apprentissage. Dans le même sens, les organisations proposent de créer une instance dotée de moyens et d’objectifs pour accélérer la formation par le numérique, tout au long de la vie.

Parmi les autres propositions, on retrouve naturellement le fait de prioriser les investissements sur l’IA, de conditionner les aides à des obligations en matière d’inclusion et de responsabilité numérique. Ou bien encore de simplifier les procédures d’appels d’offres publics et d’appels à projet, ou de créer un Haut-Commissariat chargé d’accélérer la formation par le numérique.

Olivier Robillart