il y a 9 mois -  - 5 minutes

TECH IN France : vers une nouvelle organisation représentative de la Tech

Au cours d’une cérémonie des vœux en numérique, les présidents, conseils d’administration ainsi que les équipes de TECH IN France et de Syntec Numérique ont abordé les enjeux de 2021. TECH IN France revient sur une année 2020 prolifique et anticipe ce que sera la tech de demain.

TECH IN France présente ses vœux 2021 à l’ensemble des acteurs de l’écosystème numérique et de l’innovation. A l’occasion d’un événement organisé en numérique, les forces vives de la tech ont salué une vision commune pour un secteur du numérique puissant. Une manière également de revenir sur le travail accompli pendant une année, en lien direct avec les adhérents.

La mise en commun des activités avec Syntec Numérique doit permettre aux deux organisations de relever des défis communs. Des attentes qui passent par la réinvention des modèles économiques et de valeur à la guerre des talents en passant par les enjeux géopolitiques de la donnée. L’objectif est également d’atteindre une nouvelle taille critique. Au total, la jonction des deux forces rassemblera pas moins de 60 milliards d’euros de chiffre d’affaires, 530 000 emplois… au travers de l’ensemble de ses adhérents.

La nouvelle organisation est un atout de poids pour l’écosystème Tech dans la mesure où le syndicat professionnel de référence proposera une nouvelle ambition pour le numérique. Selon les mots de Pierre-marie Lehucher, PDG de Berger-Levrault et Président de TECH IN France, l’association qui représente les éditeurs de logiciels et les services Internet en France, cette mise en commun des compétences « permet un accompagnement des entreprises au plus près de leurs problématiques. L’idée centrale est véritablement de casser les silos et de servir de facilitateur auprès des pouvoirs publics. Nous avons construit à ce jour un certain nombre de bases qui nous permettent de raisonnablement œuvrer pour le futur ».

L’agilité demeure donc le maître-mot de l’action de TECH IN France. Elle permet également de laisser la porte ouverte à d’autres organisations qui souhaiteraient rejoindre l’écosystème. Pierre-marie Lehucher ajoute : « nous faisons le choix de fusionner nos activités non pas pour être seulement plus grands et plus forts. Mais pour délivrer un meilleur service à nos adhérents et pour se tourner davantage vers l’Europe ». La nouvelle entité entend donc devenir une organisation résolument européenne tout en conservant les activités qui sont historiquement les siennes.

TECH IN France, véritable support des entreprises pendant la crise

Lors de la crise sanitaire, l’association a fait montre d’un support tout particulier envers ses adhérents. TECH IN France a multiplié les interventions, webinars, publié de bonnes pratiques pour l’ensemble de l’écosystème tout en soulignant l’importance de l’accompagnement au quotidien.

Un travail de fond souligné par Nicolas Dufourcq, Directeur général de la BPI. Il précise : « la transformation digitale des TPE/PME nécessite un porte-à-porte de masse en 2021. A ce jour, je note que 85% des entreprises françaises sont résilientes face à la crise. Mais il faut les accompagner et leur apporter nos conseils pour les engager sur le mode de la transformation. C’est véritablement le moment de se catapulter vers le futur. »

Un signal endossé par les éditeurs. Dès les premières semaines de la crise sanitaire, ces entreprises ont compris l’importance de soutenir les institutions dans le besoin. Elles se sont également portées, avec le soutien de TECH IN France, au près de leurs clients et partenaires. Passées les premières heures du confinement, de nombreuses entreprises ont ressenti le besoin de faire évoluer leurs modes de travail. Face à ce constat d’urgence, les éditeurs de logiciels ont lancé des offres solidaires. L’idée étant que chacun puisse s’équiper de manière idoine.

Maÿlis Staub, fondatrice de Pocket Result et Ambassadrice BPI explique : « Afin de venir en aide aux services hospitaliers, nous avons développé une application de matching. Cela leur a permis d’organiser au mieux leurs équipes. Il est désormais important pour nous de faire comprendre que cette ambition doit se poursuivre en 2021 et qu’il faut se serrer les coudes ».

Sur le front sanitaire toujours, nombre d’éditeurs ont mobilisé leurs services en faveur de la vaccination. L’Etat a organisé la prise de rendez-vous en ligne au moyen de plusieurs plateformes. Parmi elles, figure la filiale de Cegedim (Maiia). Elle permet aux personnes âgées de plus de 75 ans, pompiers et aides-soignants de plus de 50 ans de prendre rendez-vous pour se faire vacciner contre le Covid-19. Les professionnels de santé peuvent tout autant faire appel à ces outils. L’utilisation de l’outil fait partie du plan visant à accélérer la vaccination anti-Covid19 en France.

Le télétravail et la mixité au centre des préoccupations de demain

Parmi les enjeux majeurs relevés par TECH IN France figure sans conteste l’accompagnement du télétravail ainsi que les nouveaux modes de collaboration. La pratique du télétravail est, en effet, appelée à se développer au sein des entreprises. Pour organiser au mieux cette évolution du travail, la Tech met en place de nouvelles stratégies. Une enquête conduite par TECH IN France démontre que la majorité de l’écosystème a pris en main ces changements. Aussi, afin de guider les professionnels, l’association a publié cette année au moyen le livre blanc baptisé « Les entreprises Tech sont-elles vraiment prêtes pour le télétravail ? ».

La période autorise à se donner de nouveaux challenges

Alexandre Pachulski, co-founder de Talentsoft, explique : « La période autorise à se donner de nouveaux challenges. Maus aussi à montrer comment collaborer à distance de manière plus large, développer les soft skills, prendre des risques tout en faisant preuve d’humilité. Notre fonction est d’aider les citoyens à se développer et de leur donner les moyens d’avoir d’être flexibles au travail. Chacun peut faire des erreurs. Et il est de notre responsabilité de rester humbles et d’ériger ces nouvelles pratiques et nos erreurs en leçons. Cela permettra à tous d’aller plus vite lors de ces prochains mois. »

Des propos soutenus par Cédric O, Secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique. En duplex depuis Bercy, il précise : « Je retiens de 2020 l’accélération extraordinaire du secteur numérique en France. Le numérique se répand et se propage. Je souhaite toutefois qu’il incarne encore davantage la mixité et la diversité ».

De l’avis de l’ensemble des adhérents présents lors de ces vœux 2021, de nouveaux enjeux forment le lit des innovations de demain. C’est ainsi qu’il revient aux acteurs de l’écosystème numérique de se saisir des thématiques fortes qu’aborde l’association au long de cette nouvelle année riche et stimulante.