il y a 3 semaines -  - 2 minutes

Selon l’Anssi, les cybermenaces vont augmenter

Le dernier rapport de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi) indique que les cybermenaces vont augmenter en 2024. Plusieurs événements comme les Jeux Olympiques ou la guerre en Ukraine sont des vecteurs d’attaques.

Selon l’Anssi, des événements tels que les Jeux Olympiques ou la guerre russo-ukrainienne sont de nature à faire augmenter le nombre de cyberattaques. Dans son dernier panorama, l’organisme explique que les attaques par ransomware connaissent une augmentation de l’ordre de 30 %. En 2023, elle rapporte la survenance de pas moins de 1 112 événements de sécurité. L’organisme précise que 143 attaques par ransomware ont été réalisées l’an dernier.

Là encore, les cibles principales sont des PME, des collectivités ou des établissements de santé. Aussi, en 2023, 34 % des victimes de ransomwares étaient des TPE, PME ou ETI (40 % en 2022). Aussi, 24 % concernent des collectivités territoriales (23 % en 2022). Enfin, les attaques visent dans 10 % des cas des entreprises considérées comme étant stratégiques (6 % en 2022).

cyberscore Numeum TechTalks cybersécurité Photo de ahmad elsafty sur Unsplash Anssi

L’Anssi explique en outre que les attaques liées à la Chine, à la Russie et à l’écosystème cybercriminel en général constitue l’essentiel des menaces. Il peut alors s’agir d’attaques en déni de service (DDos).

Toujours est-il que certains événements mondiaux majeurs tels que les Jeux Olympiques sont de nature à faire augmenter les risques de cybersécurité. L’organisme met donc en garde contre les techniques d’intrusion des cybercriminels. Il peut alors d’agir d’exploitation de vulnérabilités 0-day ou 1-day, lorsque le correctif idoine n’a pas encore été installé.

C’est pourquoi l’Anssi explique qu’elle conduira des actions de sécurisation auprès des acteurs impliqués dans l’organisation des JO. Il s’agira de mener des audits, des accompagnements techniques, ou bien encore de sensibiliser à l’état des menaces.

Olivier Robillart