il y a 3 mois -  - 2 minutes

Quand les entreprises rendent l’IA éthique

A mesure que l’intelligence artificielle se développe, la nécessité de garder la technologie inclusive et diverse se renforce. Rendre l’IA éthique se présente donc comme une démarche permanente dont plusieurs entreprises se sont déjà saisies.

L’intelligence artificielle n’échappe pas à la maxime de François Rabelais énonçant que « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». Pour comprendre comment intégrer des éléments de diversité au sein de cette technologie, Numeum a organisé un webinar portant sur le sujet. L’organisation professionnelle représentative du numérique précise en effet que la diversité en intelligence artificielle ne concerne pas uniquement le genre des membres des équipes qui développent des solutions.

Numeum a donc réuni professionnels et experts de l’IA éthique. L’objectif étant de comprendre comment traduire ces concepts en réalités opérationnelles et en faire de véritables leviers de performance. Célia Doreau, Associée de Golem.ai explique : « les innovations viennent de la diversité, il faut souvent être à contre courant de ce qui se fait traditionnellement. Proposer un angle plus humain, plus inclusif lorsque l’on développe de nouveaux services ou technologies devient un avantage. Cela permet de détenir des outils différenciants… et donc de se différencier. »

IA éthique Numeum

Des propos relayés par Magali Germond, Direction pôle Data Strategy chez Adeliaa. Elle explique : « le concept de contre-courant permet à chaque entreprise de sortir du lot. Nous adoptons cette logique depuis notre création. Notre cœur de métier est de produire des algorithmes d’IA. Nous faisons le vœu de nous différencier en produisant des éléments d’une manière différente des autres. »

Le fait est que la définition même de l’éthique peut revêtir une acception large. Afin de mieux « cadrer » ce concept, l’entreprise propose un label basé sur 44 critères spécifiques en termes d’IA éthique. Ce dernier étant fondé sur 6 familles. Une sorte de label IA proche de celui proposé par Numeum. Il s’agit ainsi d’un bon moyen d’intégrer ces nouveaux éléments tout au long du cycle de vie de la data.

IA éthique : améliorer le quotidien de chacun

L’ensemble des professionnels présents à la table ronde s’accordent sur le fait que l’intelligence artificielle se présente au service de l’humain. La technologie n’a donc pas vocation à le remplacer. Baptiste Jourdan, Co-fondateur et Chief Revenue Officer de Toucan Toco explique : « L’intelligence artificielle est présente dans notre vie de tous les jours. C’est pourquoi elle doit être inclusive et doit servir le bien commun. Peu savent que la technologie est utile pour réaliser des micro taches rébarbatives réalisées par des machines. A partir du moment où l’on comprend qu’elle peut remplir des tâches basiques, chacun pourra contribuer à la rendre davantage éthique. »

L’enjeu pour les professionnels réside donc dans le fait d’instaurer dès les premières pierres d’un projet d’intelligence artificielle une éthique propre à cette dernière. Un moyen de développer des IA non seulement riches et performantes, mais également inclusives.

Olivier Robillart