il y a 4 mois -  - 2 minutes

Numeum salue la nomination de Marina Ferrari secrétaire d’Etat au numérique

Le remaniement de gouvernement Attal a des conséquences sur l’écosystème numérique. Marina Ferrari est nommée secrétaire d’Etat au numérique, à la place de Jean-Noël Barrot. Une nomination saluée par Numeum, la principale organisation représentative des entreprises du numérique en France.

Le poste de Secrétaire d’Etat au numérique échoit à Marina Ferrari au sein du gouvernement Attal. La député remplace Jean-Noël Barrot, lequel occupait la fonction de ministre délégué chargé du numérique. Un poste occupé durant une année et demie. Numeum salue cette nomination et indique que l’organisation « travaillera à ses côtés sur les grands enjeux liés à notre secteur : compétences, mixité, régulation, IA, environnement, territoires… pour un numérique à impact positif sur nos sociétés. Ces enjeux seront au cœur des débats autour des élections européennes. »

Marina Ferrari, Secrétaire d'Etat au numérique (Crédits : Assemblée nationale). TechTalks Numeum
Marina Ferrari, Secrétaire d’Etat au numérique (Crédits : Assemblée nationale).

Pour sa part, Véronique Torner, Présidente de Numeum a déjà pu rencontrer Marina Ferrari, afin d’échanger sur les points majeurs relatifs au numérique. Elle ajoute : « Je tiens à remercier chaleureusement Jean-Noël Barrot avec qui nous avons collaboré étroitement ces derniers mois sur les sujets de régulation, de l’IA Act, du numérique responsable. Je lui souhaite tous mes vœux de réussite pour ses nouvelles fonctions. Nous poursuivrons nos travaux communs pour défendre les intérêts de la France en matière d’intelligence artificielle et de souveraineté numérique lors de cette année cruciale pour l’Europe. »

Une croissance soutenue

Pour rappel, le secteur du numérique poursuit sa croissance, de 6,5 % en 2023. De son côté, Numeum, syndicat du numérique avec 2500 adhérents (startups, TPE/PME, grands groupes, ESN, plateformes, éditeurs de logiciels, ICT…) rappelle qu’il représente 85 % du chiffre d’affaires du secteur. Il poursuivra les travaux menés avec Jean Noël Barrot. Et cela pour défendre les intérêts de la filière française en termes d’innovation et de régulation lors de cette année cruciale pour l’Europe.

Olivier Robillart