il y a 5 mois -  - 3 minutes

Numeum place le numérique sur une trajectoire d’impact positif

Lors des vœux 2024 de Numeum, sa présidente, Véronique Torner, rappelle les enjeux qui jalonneront l’année technologique. L’organisation professionnelle entend maintenir le numérique sur une trajectoire d’impact positif.

Les vœux de Numeum sont l’occasion pour l’organisation de rappeler les grands enjeux relatifs au numérique. Véronique Torner, présidente du syndicat professionnel, a ainsi pu rappeler les objectifs qu’elle s’est fixé en matière de numérique. L’idée étant de maintenir la croissance du secteur tout en maîtrisant les défis en termes d’éthique, d’environnement et d’inclusion.

Aussi, la technologie et l’innovation fournissent de formidables moteurs de croissance organiques pour les entreprises du numérique. Véronique Torner explique : « Pour les acteurs que nous représentons, les IA génératives constituent très clairement un gage de productivité, en nous permettant de nous concentrer sur les interventions à plus forte valeur ajoutée et ainsi de renforcer notre proposition de valeur. Nous sommes persuadés que le déploiement des IA génératives sera en réalité l’un des moteurs de la croissance organique du secteur. Pour aller chercher ces gains de productivité et cette réserve de croissance, il nous faudra maitriser la technologie, mais aussi maitriser les risques associés à la technologie, que ce soit en matière d’éthique, d’environnement ou encore d’inclusion. »

Véronique Torner (au centre), Présidente de Numeum. TechTalks
Véronique Torner (au centre), Présidente de Numeum.

De grands mouvements réglementaires

Sur le plan réglementaire, de nombreuses évolutions sont intervenues dans le secteur du numérique. Rebattant certaines des cartes jusqu’à présent posées.

Véronique Torner précise : « le Data Act, adopté cette année, qui nous fait changer de paradigme en matière de circulation des données et de fonctionnement du marché du cloud. Marché du cloud qui sera d’ailleurs régulé aussi au niveau national par le projet de loi SREN. La fin d’année a été largement dominée par la négociation à Bruxelles du règlement Intelligence Artificielle (AI Act). Nous attendons encore le texte définitif mais nous savons d’ores et déjà que ses impacts seront élevés. Il faut dès maintenant anticiper sa mise en œuvre, tant pour nous acteurs du numérique, que pour nos clients utilisateurs d’IA. Nous avons salué ce texte qui suit une approche fondée sur le risque et permet une utilisation responsable de l’IA, mais avons alerté sur les conséquences d’une régulation trop restrictive qui nous ferait rater le virage technologique qui s’opère actuellement dans le monde. »

Une bataille pour le plein emploi

Invité par Numeum, Thibaut Guilluy, Directeur général de France Travail confirme les enjeux liés en terme d’emploi et de croissance. Il explique : « Cette bataille du plein emploi est de remettre le travail au cœur de la société. France Travail a une feuille de route pour accompagner tous les demandeurs d’emploi et les employeurs qui connaissent des difficultés pour trouver des talents. France Travail s’engage à devenir un partenaire de proximité pour les entreprise du numérique de l’industrie et des services. Notre ambition est de mieux accompagner chacun sur les compétences du numérique. »

Un terrain sur lequel l’action de Numeum prend toute sa place. A titre d’exemple, l’initiative Numeric’Emploi forme des talents avec et pour les entreprises. Là encore, l’idée est d’accompagner les personnes vers le chemin de l’emploi et les orienter vers le métiers du numérique.

Un discours de responsabilité qui concilie innovation et protection

En termes conclusifs, la Présidente de Numeum ajoute que l’organisation continuera de « tenir un discours de responsabilité, qui concilie innovation et protection, et qui soutient résolument le développement d’une filière française du numérique sans pour autant être excluant d’un écosystème numérique pluriel. [..] Les travaux de Numeum sont nombreux, mais tous servent un même objectif, ou plutôt un horizon collectif : redonner un futur désirable au numérique. J’ai la conviction profonde qu’il s’agit non seulement de notre responsabilité d’entrepreneurs, mais aussi de la condition même du développement de nos entreprises : loin d’agir en « apprentis sorciers » avec la technologie, nous devons au contraire être à l’avant-garde du progrès pour garantir sur le long-terme croissance et durabilité à nos entreprises« .

Photo de Kvalifik sur Unsplash brevets Numeum innovation transformation numérique TechTalks jumeau numérique

L’objectif est ainsi de transformer concrètement ce projet commun en actions à impact. Pas moins de 14 projets prioritaires majeurs seront ainsi présentés dans les mois à venir. On peut d’ores-et-déjà citer la présence au sein du projet de cybersécurité Cyber4Tomorrow. Ou bien encore les actions sur la féminisation du numérique via le lancement de l’initiative NOVA in Tech.

Olivier Robillart