il y a 2 mois -  - 5 minutes

Numeric’Emploi Occitanie : « Il n’est pas nécessaire d’être un geek pour travailler dans le numérique »

Après avoir lancé avec succès le programme Numeric’Emploi dans la région Grand Est, le dispositif se déploie en Occitanie. Soutenu par Numeum, l’initiative vise à mettre à disposition des entreprises du numérique un vivier de profils préqualifiés. L’objectif est d’accélérer la mise en relation entre entreprises et candidats. Rencontre avec Anne Destouches, Responsable Développement Reconversion pour Vaelia, Déléguée Régionale de Numeum Occitanie, en charge du programme Numeric’Emploi Occitanie.

La recherche de talents est une réalité pour les entreprises du numérique. Afin d’aider les professionnels dans leur recherche de collaborateurs qualifiés, le programme Numeric’Emploi fait office de courroie de transmission entre entreprises et personnes en recherche d’emploi. L’initiative fait ses premiers pas en région Occitanie. Sous sa houlette, Anne Destouches, Responsable Développement Reconversion pour Vaelia et Déléguée régionale de Numeum Occitanie.

 Anne Destouches, Responsable Développement Reconversion pour Vaelia, Déléguée Régionale de Numeum Occitanie, en charge du programme Numeric'Emploi Occitanie, programme soutenu par Numeum.
Anne Destouches, Responsable Développement Reconversion pour Vaelia, Déléguée Régionale de Numeum Occitanie, en charge du programme Numeric’Emploi Occitanie, programme soutenu par Numeum.

Quelle est la génèse de Numeric’Emploi Occitanie ?

Le projet Numeric’Emploi Occitanie date de 2019. Nous faisions partie des régions soumises à une pénurie très importante en termes d’emploi dans le numérique. Nous devions donc apporter des solutions concrètes et pérennes aux entreprises de l’écosystème. Le programme avait montré son efficacité dans la région Grand Est et nous avions donc décidé de le déployer sur nos terres. La crise sanitaire liée au Covid-19 a malheureusement freiné nos ambitions.

Depuis, avec l’accélération de la transition digitale, la croissance du marché du numérique de 7,4 %, les 1000 000 emplois dans le numérique en Occitanie, toute filière confondue, et les 8 000 embauches annoncées par nos entreprises en 2022 avec une pénurie évaluée à 2 000 candidats, le retour au plein emploi nous a remobilisé pour fédérer l’ensemble des acteurs de l’emploi et de la formation sur le territoire, afin de trouver de nouvelles ressources en agissant sur la qualification, la reconversion, la diversité, la mixité.

Avec le soutien de la DREETS, de la Région qui a inscrit Numeric’Emploi dans son programme « Le Pacte pour l’Embauche », en écho à la Stratégie Régionale pour l’Emploi et la Croissance et dans le cadre des actions stratégique du contrat de filière numérique, avec la collaboration active de Pôle Emploi, l’APEC, le CARIF OREF et porté par notre cluster Régional DIGITAL 113, nous avons pu lancer notre programme en 2022.

Digital Workspace TechTalks

Il implique nos équipes RH car elles connaissent les besoins en compétences de nos entreprises. Elles sont donc au cœur du réacteur pour recevoir individuellement chaque candidat qui sera inscrit sur Numeric’Emploi pour plusieurs volets. Tout d’abord pour réaliser un entretien individuel, afin de qualifier leurs aptitudes et leurs motivations à rejoindre nos métiers du numérique. Ou bien encore pour les orienter vers un emploi direct, ou vers une reconversion à travers un parcours de formation.

De leur côté, Pôle Emploi, l’APEC, les collectivités locales et tous les acteurs accompagnent les demandeurs d’emploi vers de nouvelles opportunités professionnelles. Leur rôle est fondamental pour permettre aux candidats de s’inscrire sur Numeric’Emploi, participer à l’orientation des candidats avec nos équipes RH et suivre le parcours de reconversion des candidats.

Leur mission est également des les accompagner vers un retour à l’emploi, avec l’actualisation du CV et la préparation aux entretiens d’embauche. En ce sens, la Région et son Ecole Régionale du Numérique, des écoles et organismes de formation spécialisés dans les métiers du numérique peuvent accueillir les candidats dans leurs cursus de reconversion et adapter leurs parcours en fonctions des profils et des attentes de nos entreprises du numérique.

L’ambition de Numeric’Emploi est de proposer un coffre-fort de talents, constitué du vivier des candidats ayant ouvert leur dossier dans le portail et qui resteront visible, de leur propre initiative, tout au long de la construction de leur projet, en conformité avec les dispositions RGPD.

Quel est le public visé ?

Le programme s’adresse à tous les publics car de nombreux métiers sont susceptibles d’attirer les talents. Nous accompagnons l’ensemble des profils formés ou pas au numérique. Que vous soyez sans diplôme ou ingénieurs n’exerçant pas dans le numérique, toutes vos expériences professionnelles, peuvent venir nourrir nos entreprises. La porte est donc ouverte à tous les publics, sans réelle limite.

L’un des points sur lequel les équipes sont vigilantes repose sur les soft skills. L’idée est en effet de mettre en valeur et de reconnaître les aptitudes pouvant être valorisées en entreprise. L’Occitanie a la chance d’être un territoire vaste, doté de nombreux savoir-faire et de fortes ressources. Nous disposons d’une multitude de compétences mais exprimons également de nombreux besoins : en masse pour les métiers du développent, du support, de la production et de l’exploitation des systèmes d’information et sur les métiers émergeants en tension comme la Cybersécurité, le Big Data l’Intelligence Artificielle.

Quelles entreprises sont concernées ?

Toutes les typologies d’entreprise peuvent faire partie du programme. Numeric’Emploi Occitanie est en mesure d’accueillir toutes les tailles de sociétés. Elles peuvent mobiliser leurs équipes RH pour qualifier les candidats. Une fois formé au dispositif, elles peuvent identifier et qualifier les candidats en recherche d’emploi et satisfaire leurs besoins en termes de recrutement.

Les entreprises du numérique ne sont d’ailleurs pas les seules concernées. Celles en voie de transformation numérique disposent d’un intérêt certain à nous rejoindre. Nombreuses sont les sociétés à exprimer des besoins en termes de recrutement. A mon sens, il est important que nous disposions d’une couverture totale du territoire. Et cela, sur l’ensemble des compétences recherchées. Le maillage est donc un élément clé de la réussite du projet.

Comment attirer le public vers les métiers du numérique ?

Pendant de longues années, les métiers du numérique ont souffert d’une mauvaise image. Celle du geek seul face à son écran. Cet imaginaire s’avère négatif, alors qu’il n’est pas nécessaire d’être un geek pour travailler dans le numérique. Le second écueil concerne les recrutements réalisés par de nombreuses entreprises ces dernières années. Elles ont massivement recruté des profils de type bac+5 et ingénieurs, refusant par incidence de nombreux jeunes publics pas forcément tentés par des études longues. Cette réputation a également bloqué l’arrivée sur le marché de femmes à la recherche de professions mêlant technicité et relationnel.

Numeric’Emploi Occitanie contribue donc à évangéliser les consciences autour du fait que tous les profils sont demandés. La double compétence qu’on retrouve dans la reconversion, s’avère une opportunité pour enrichir les entreprises de nouvelles expériences et d’une meilleur connaissance métier client. Ne pas provenir du sérail numérique peut donc se révéler être un atout. Cela permet une meilleure compréhension du client pour trouver les solutions en adéquation avec ses besoins.

Quels sont les objectifs de Numeric’Emploi Occitanie ?

La région Grand Est a réussi son pari de permettre à de nombreuses personnes inscrites de retrouver un emploi. Et cela sur une base de 2 000 profils inscrits. Notre ambition est d’attirer une centaine de candidats pour la première session d’activité. L’idée est alors de leur permettre d’intégrer un nouvel emploi dès 2023.

Numeric'Emploi Occitanie Numeum
Numeric’Emploi Occitanie

Nous souhaitons faire de ce pilote un véritable miroir pour attirer de nouvelles structures au sein du dispositif. Actuellement, 40 entreprises se sont engagées. L’idéal serait d’en intégrer une quarantaine supplémentaire. C’est pourquoi nous posons ces questions simples aux entreprises potentiellement intéressées par le projet : avez-vous des problèmes de recrutement, souhaitez-vous intégrer d’autres profils que des ingénieurs ?

Les réponses sont généralement positives car la recherche de talents concerne l’ensemble du secteur. Ce discours, souvent compris par les équipes RH, doit également être porté par les directions. L’ouverture sur de nouveaux profils venant de la reconversion, de la diversité, de la mixité concerne l’ensemble des strates de l’entreprise. Cela permet d’accompagner leur croissance.

Olivier Robillart