il y a 2 mois -  - 2 minutes

Bertrand Deprez, Schneider Electric : « Comment devenir une entreprise à impact » 

Chaque entreprise peut agir en faveur de la transition écologique. Encore faut-il détenir les clés pour en comprendre les enjeux. Eléments d’explications avec Bertrand Deprez, VP EU Government Affairs, Head of the Schneider Electric office to the EU institutions. Et ainsi devenir une entreprise à impact.

En quoi le numérique peut-il agir en faveur d’une activité décarbonée ? 

Le numérique a un rôle clef à jouer alors que l’électricité, énergie simple à décarboner, va voir sa consommation augmenter par au moins un facteur 2 pour permettre d’atteindre nos objectifs de décarbonation en Europe d’ici 2050. En effet, le numérique permet, pour la première fois de l’histoire, de tout connecter, de la génération jusqu’à la consommation, pour atteindre des niveaux d’efficacité inégalés jusque-là. Pendant longtemps, beaucoup d’installations étaient gérées de manière verticale, sans anticipation ni volet prévisionnel.  

biodiversité biodiversité Transition écologique numeum TechTalks ESN entreprise à impactécologique numeum TechTalks ESN

Le numérique permet une meilleure gestion de la transition ; la connectivité a été une première rupture vers une meilleure optimisation des besoins ou la durabilité. Le big data et l’IA vont apporter des moyens de mieux comprendre les comportements des usagers. Les algorithmes apportent une meilleure intelligence décisionnelle. Dans le secteur de bâtiments, la gestion systémique des infrastructures au niveau de quartiers et de villes et le numérique rendent la complexité plus lisible et permet d’agir en direction d’une activité décarbonée. En somme, le numérique est au centre la transition écologique car il représente un “key enabler” certain. 

Comment mesurer cet impact ? 

Cela peut passer par des choses simples, comme par exemple, dans le monde des bâtiments. Lors d’une étude effectuée dans les années 2000, nous avons modelé des systèmes de mesures au sein des écoles pour mesurer les consommations. Nous avons compris que les professeurs ouvraient totalement certaines fenêtres à certains moments de la journée, créant de fait des pertes de chaleur… et des pics de consommation. La mesure est bien la première étape pour comprendre comment améliorer la performance énergétique de tout type d’infrastructure.   Nous allons aujourd’hui vers une combinaison de numérisation et de solutions physiques intelligentes via notamment le BIM (Building Information Modelling), le standard de référence pour la ‘jumelisation’ des bâtiments, bien entendu reposant sur des solutions technologiques dans le monde réel.  

L’industrie 4.0 rend les processus industriels plus intelligents grâce à des innovations technologiques émergentes. Je pense notamment à l’analyse de données, la robotique autonome et à l’IA. Ces technologies améliorent la productivité et les performances tout au long de la chaîne de valeur.  

Pour accroître l’efficacité et réduire les coûts, les groupes industriels ont commencé à regrouper leurs opérations électriques et d’automatisation. En combinaison avec des capacités numériques accélérées, cette approche offre une opportunité de repenser les synergies des opérations convergées à grande échelle – avec des coûts considérablement réduits, une productivité accrue, plus de traçabilité et de nombreux autres gains en termes de durabilité. Un ensemble de mesures pour que chacun devienne une entreprise à impact.

Olivier Robillart