il y a 4 mois -  - 3 minutes

Achats et digital : ce qui doit changer en entreprise

Dans un monde de plus en plus complexe et ambivalent, ébranlé par la crise du Covid-19, on pourrait penser que la liste des difficultés rencontrées par l’entreprise est infinie. En réalité, il n’y a qu’une solution, seule et unique : réinventer son business model et ses achats, pour recréer un nouveau pacte de valeur avec ses clients, ses collaborateurs, ses actionnaires et la Société en général.

Ce nouveau paradigme, issue du monde d’avant mais qui seul permettra la bascule dans celui d’après, passera par la fonction Achats. Mais à une condition essentielle : la direction Achat peut-elle répondre rapidement et efficacement aux nouvelles attentes des directions générales. Que ce soit en termes de performance économique, de gestion des risques et du changement, d’enjeu de diversification ou d’intégration. La recette est simple : franchir le cap de la digitalisation des process, et en misant à plus long terme sur l’IA et les leviers qu’offre une plateforme complète, et intégrée.

Avec la pandémie, les attentes des Directions Générales vis-à-vis de la fonction Achats ont changé. En effet, elles s’orientent plus que jamais vers la performance économique de l’entreprise pour pouvoir financer sa transformation. Car sans des bases financières solides et saines, sans le soutien des actionnaires, la mutation vers un nouveau modèle économique est impossible. Ce qu’attendent les Directions Générales des Achats est simple : un impact positif sur le résultat opérationnel, sur le besoin en fonds de roulement et a fortiori, sur la trésorerie. 

Mais ce n’est pas tout. L’enjeu phare pour les dirigeants revient également à protéger l’entreprise de la multiplicité des risques dans l’ère de l’incertitude absolue. C’est dans ce cadre que la fonction Achats se doit de protéger l’entreprise des risques de rupture de supply chain, des risques de non-respect des cahiers des charges, des risques juridiques, normatifs, des risques de cybersécurité ou encore des risques RSE. En ce sens, les Achats ont pour mission d’assurer une sécurisation de la marge opérationnelle ainsi qu’une garantie de non impact sur les ventes et le cours de bourse. Il est par ailleurs essentiel que les Achats garantissent une fluidité interne de leurs processus.

Digitalisation et Plateforme Solution

En ce sens, la digitalisation va permettre aux achats de franchir un cap en termes de légitimité économique. Elle est la clé de la transformation vers un nouveau business model. Une approche transverse à l’ensemble des fonctions Achats, Supply Chain, Finance & Direction générale est une bonne pratique pour solidariser l’Entreprise étendue. Cela permet tout autant de maximiser les gains attendus. Mais également de tenir compte de l’intérêt pour l’ensemble des Collaborateurs associés à la Transformation.

Le pivot du business model exige une prise en compte du SI. Mais aussi des solutions à mettre en œuvre en support de cette démarche de changement. Son implémentation nécessite d’examiner la gouvernance des données (propriété, intégrité, mise à jour, disponibilité, sécurité, conformité…). Elle requière leur mise en qualité (dédoublonnage, codification, consolidation). Mais aussi la constitution d’un référentiel unique (primary master data). Cela est permis par le choix d’une Solution constituée d’une Plateforme technologique intègre et nativement unifiée dans son code source originel.

L’IA au service de la Digitalisation

À plus long terme, l’IA est une étape technologique incontournable de la digitalisation des achats. Pour rappel, la condition sine qua non d’une stratégie d’achats est d’avoir une vision holistique de toutes les dépenses. Et donc de l’intégralité des fournisseurs, connus et sous contrats, ou en devenir dans l’Ecosystème. Si les outils de BI permettent de faire des analyses descriptives, les algorithmes de Machine Learning, augmentent la qualité et la finesse des analyses. Ils permettent notamment un enrichissement de ces données. En permettant des traitements automatiques et ciblés d’informations diffuses.

Et en proposant des analyses prédictives in fine. Sur le plan du sourcing, l’intégration de l’IA permet d’avoir un SRM plus proactif sur de nouveaux sourcings. Il est aussi plus interactif au quotidien et surtout plus collaboratif avec les fournisseurs, plus anticipatif enfin sur les risques. Il permet également d’obtenir une mise sous contrôle des risques tout au long de la supply chain. Enfin, cette technologie améliore sensiblement la partie « procure to pay » du processus d’achats. Elle optimise le contrôle de la trésorerie, en déléguant les achats non critiques et l’approvisionnement aux clients internes. Cela augmente également la productivité et en proposant une expérience achats réussie.

Les entreprises qui ont réussi à digitaliser tout ou partie de leur processus d’achats ont plus solidement fait face à la crise. Elles ont minimisé l’impact sur le fonctionnement et le revenu. C’est en digitalisant le département des achats, qu’on libère le potentiel de la fonction. Cela crée de la valeur, permet d’innover, de développer de nouveaux marchés. Mais aussi de gérer les risques tout en assurant la pérennité et la continuité de l’activité. Avec la crise sanitaire et économique que nous traversons, le choix de la digitalisation s’avère incontournable. Un pari permanent si les entreprises souhaitent rester agiles et compétitives.

Cette tribune a été rédigée par Franck Lheureux, EMEA General Manager chez Ivalua.