il y a 6 mois -  - 4 minutes

Reprise, continuité d’activité : comment conserver les bonnes pratiques après le Covid-19

Après près de deux mois de confinement et de télétravail, les entreprises ont pu tirer un bilan de leur activité. Dans l’ensemble, les dirigeants interrogés entendent tirer des enseignements de cette période et mettre sur pied de bonnes pratiques pour la continuité d’activité.

L’ensemble des entreprises sont à présent sorties du confinement, les plans d’activité ou de reprise se mettent en place. Chaque dirigeant est à même de tirer un bilan de cette période afin d’en conserver de bonnes pratiques. Ces dernières s’avèrent utiles pour toute organisation désirant gagner en flexibilité.

Parmi les premiers retours d’expérience émanant de dirigeants, figure sans conteste les besoins relatifs au fonctionnement opérationnel. Et ce pendant la crise, ainsi qu’à la mesure de la maîtrise des coûts. Une attention toute particulière a généralement été portée sur ces métriques afin de permettre à l’activité de poursuivre sa croissance. Des sujets forts que porte particulièrement TECH IN France. L’organisme a ainsi organisé un événement dédié à cette problématique baptisé CEO’S Webinar : bien gérer la reprise d’activité.

Reprise et continuité d’activité, mener la voie conduit aux bonnes pratiques

Jamal Labed, Cofondateur et COO d’Easyvista explique : « Certains collaborateurs ont goûté au télétravail pour la première fois. Cela est encourageant mais cette période a également révélé des signaux de malaises pratiques. La pression relative aux transports a certes disparue, il y a moins de réunionite et les dirigeants y voient plutôt leur intérêt naturel. Mais le sujet du management à distance est à présent sur la table. Nous avons beaucoup appris de nos équipes basées aux Etats-Unis, notamment en matière de management par projet ».

Une nouvelle organisation du travail

Une nouvelle organisation du travail doit donc se mettre en place afin non seulement de tirer des leçons de la période passée mais également d’anticiper le futur. La crise sanitaire va en effet avoir des répercussions à long terme sur l’ensemble de l’économie et des mesures de ralentissement sont à prévoir à l’horizon 2021 et 2022.

Une situation que confirme Stanislas de Rémur, fondateur d’Oodrive explique : « nous avons supprimé certaines charges qui étaient prévues sur le long terme. Elles ne manqueront donc pas à court terme mais devront être comblées dans un laps de temps plus long. Pour le moment, le deuxième semestre est plutôt flou et nous ne savons pas dans quelle mesure la reprise va être progressive ou non ».

Travailler différemment

Il est évident que, hors de cette période qualifiée d’exception, le télétravail va poursuivre son développement en France et plus généralement en Europe. Un constat fourni par les multiples rapports et enquêtes internes émanant d’entreprises montrant l’appétence d’une majeure partie des collaborateurs pour travailler en partie depuis leur domicile. Une évolution logique des habitudes collaboratives.

Une évolution qui va de pair avec l’équipement des professionnels en outils logiciels idoines. Arrivent ainsi en tête des préoccupations les solutions de collaboration, les outils de visio-conférence, de cloud…

Un retour partiel progressif pour la continuité d'activité

Un constat que partage Olivier Novasque, CEO de Sidetrade : « Nous allons être obligés de travailler de manière différente. Que ce soit en juin ou après cette période si particulière. Il convient donc de penser dès à présent au monde d’après. Notre activité a été bonne sur cette période et nous allons devoir mettre sur le même plan de performance cette productivité commerciale à venir. »

A cette observation s’ajoute également le fait que le modèle SaaS s’est montré particulièrement résilient et efficace face aux besoins des professionnels en période de crise. « Les entreprises qui étaient en phase de migration vont l’accélérer. Le grand gagnant de l’histoire est le cloud, et pour les éditeurs, ceux dont l’activité est tournée vers le SaaS », ajoute le responsable.

Un état d’esprit à retrouver ?

Toujours est-il que cette période de confinement a été plus ou moins bien vécue par les collaborateurs. Cela a modifié leur manière de travailler. Une question demeure toutefois de savoir dans quel état d’esprit les collaborateurs vont-ils se retrouver. Pour ce faire, il convient de préparer le retour à court terme et de générer un plan de continuité d’activité.

Hervé Fraisse, Responsable Services Généraux de Cegid explique : « Cette crise a montré qu’il revenait au manager de s’adapter aux contraintes de ses collaborateursSi la confiance se fait dans les deux sens, un véritable échange se tisse entre les deux parties. Cela permet également de faire disparaître les contraintes. Elles s’effacent d’elles-mêmes ».

A ce ceci s’ajoute des conditions légales afin que le déconfinement puisse s’exercer au mieux. Maître Benoît Roseiro, Avocat associé 140.VH précise : « l’employeur doit organiser le travail et s’assurer que les règles de distanciation sociale sont respectées. Une entreprise doit donc démontrer qu’elle respecte toutes les règles sanitaires ».  

Un ensemble de bonnes pratiques doit donc être éditée par chacun. Un mélange de précautions sanitaires et de bon sens. Pour que l’ensemble des collaborateurs puissent poursuivre le développement de leur activité dans le meilleur des cadres.