il y a 1 semaine -  - 4 minutes

Opendatasoft : la data au service de la relance économique

L’éditeur spécialisé dans la collecte et le partage de données s’inscrit dans la tendance. A l’occasion de son salon annuel Data on Board 2020, Opendatasoft entend conférer aux entreprises et organismes publics les moyens de mettre en valeur leurs informations. Une volonté forte dans un contexte de besoin fort en termes de data visualisation.

Mettre en avant les données pertinentes, permettre de les visualiser plus simplement. Voici les crédos d’Opendatasoft, éditeur spécialisé dans la collecte et le partage de données. A l’occasion de sa convention annuelle Data on Board 2020, l’entreprise a livré une vision complète de l’intérêt que permet l’utilisation de la donnée à destination des professionnels et des collectivités territoriales.

Preuve en est, le développement de la ville intelligente participe à ce phénomène d’utilisation et de réutilisation de la data. A ce jour, une centaine de collectivités de toutes tailles utilisent les outils d’Opendatasoft sur le territoire. L’éditeur opère ainsi auprès de petites communes, mais aussi de régions, d’EPCI, métropoles, conseils départementaux, syndicats territoriaux, ou encore des opérateurs de service de la gestion de l’eau, des déchets ou de l’énergie.

La société fait donc en sorte de fluidifier la donnée et d’en faciliter l’utilisation et l’interprétation. Au travers de projets majeurs (Grand Dijon, Angers Loire Métropole, Région Ile-de-France) l’éditeur propose d’utiliser et de mettre à disposition les datas afin d’identifier le potentiel solaire et d’optimiser les productions agricoles.

Covid-19 : de l’Open data à la reprise économique

Pour parvenir à cette mise en valeur, Opendatasoft met particulièrement en avant la datavisualisation. Il permet par exemple, de traquer l’évolution du Covid-19 sur certains territoires. En Espagne, dans la région de Castille et Léon, la communauté a été en mesure de mettre à disposition plusieurs sets d’informations critiques. Des données relatives à la progression des infections ont été publiées, mises à jour quotidiennement, permettant de dresser un suivi. Un point conséquent autorisant l’édition d’indicateurs de risques en datavisualisation de manière aisée.

Jean-Marc Lazard, CEO d’Opendatasoft

Antonio Ibáñez Pascual – Responsable du Service Transparence et Réutilisation des Informations de la Junta de Castilla y Leon explique cette œuvre de transparence. Il précise : « Les médias locaux et nationaux ont relayé les données publiées. Les citoyens ont ainsi eu accès à des informations de manière instantanée. Chacun a également pu les relayer sur les réseaux sociaux. Un véritable cercle vertueux s’est alors mis en place. Nous avons reçu de nouvelles données qui ont ensuite été publiées et mises à jour à leur tour ».

Agir pour la transparence

Une œuvre de transparence donc pour que chaque entreprise prenne la mesure de l’intérêt que représente la mise en valeur de la data. Jean-Marc Lazard, CEO d’Opendatasoft explique : « Certaines thématiques fortes, tel que la RSE, permettent de faire preuve de transparence. A la fois dans les relations conduites auprès de ses clients mais aussi avec l’ensemble des parties prenantes de l’entreprise. La donnée permet la notion de personnalisation en fonction du public cible mais aussi pour que chacun puisse se réapproprier une data intelligible au travers d’informations clés. »

Le constat est en effet prégnant. Un récent sondage YouGov réalisé pour Opendatasoft énonce que plus de 80 % des sondés souhaitent davantage de transparence des acteurs publics en période de crise. Ces derniers jugent que la crise sanitaire actuelle a accentué le besoin d’informations sur la situation. C’est ainsi aux instances publiques qu’il revient de partager la bonne information au bon public.

Jean-Marc Lazard ajoute : « Au travers de certaines expérimentations comme à Issy-les-Moulineaux, nous avons réussi à faire changer les comportements via la data disponible aux habitants. En matière de ramassage de poubelles, chacun a été poussé à adopter le bon comportement en termes de recyclage et d’observance des bonnes pratiques. Nous constatons ainsi un véritable continuum grâce à l’Open data. Les rapports sont alimentés automatiquement, ce qui permet un accès facilité à l’information ».

Quand l’Open data œuvre pour la modernisation

L’Open data permet donc de mieux communiquer, mieux rendre compte des actions menées en toute transparence. Mais aussi d’analyser et développer de nouveaux services. Nombre d’acteurs publics sont donc désormais à même de mettre à disposition des administrés, des données sur les politiques publiques menées, mais aussi se servir de la donnée pour aller plus loin. La data permet notamment de mieux comprendre la commande publique et d’identifier les candidats aux appels d’offres.

Cette donnée se place donc au cœur de la modernisation des administrations. Nicolas Laroche, Chargé de mission au sein de l’Observatoire des Finances et de la Gestion publique Locales explique : « Des nouveautés ont été intégrées au portail de données. En particulier sur le compte de données de gestion. Ce dernier a été enrichi en termes d’éventail de datas. Puis, cela nous a permis de proposer un certain nombre de data visualisation pour mettre en scène les informations disponibles auprès des utilisateurs »

Un point que confirme Carole Leclerc, Directrice de l’Innovation et du Digital au sein de l’ACOSS. Elle explique : « la visualisation de données touche de nombreuses personnes. Les entreprises, les journalistes, le public. Cet élément est littéralement clé pour la promotion de la donnée. Le prochain challenge consiste à présent à mieux connaître ces datas pour déterminer la typologie des datas. Mais aussi pour creuser les jeux de données disponibles et répondre aux attentes de chacun ».