il y a 12 mois -  - 2 minutes

Emploi dans le numérique : voilà le rebond

Les derniers chiffres du baromètre Numeum sur l’emploi dans les start-ups est positif. Il révèle qu’un véritable rebond est à l’œuvre, avec plus de 8 000 personnes ont été recrutées dans 2 591 start-up en juin, soit une moyenne de 3,4 postes par start-up créatrice d’emplois.

La tendance était prévisible. En mai dernier, le baromètre édité par Numeum indiquait que l’emploi dans les start-ups connaissait une inflexion certaine en France. Une légère contraction sur le mois d’avril 2023 due principalement à plusieurs facteurs. Pour autant, cette légère baisse devait être momentanée et due à une conjoncture relativement néfaste.

A présent, le secteur renoue avec la croissance et précise que plus de 8 000 personnes ont été recrutées dans 2 591 start-up en juin, soit une moyenne de 3,4 postes par start-up créatrice d’emplois. Aussi, avec plus de 6 000 créations nettes, le mois de juin pèse à lui seul plus de 30 % du total des emplois créés depuis le début de l’année. Pour rappel, ce baromètre permet d’analyser le dynamisme de l’emploi dans les start-ups du numérique. Réalisé par l’éditeur U Change, en partenariat avec Numeum. L’outil s’avère être un bon moyen de suivi du secteur en France.

Emploi dans le numérique : voilà le rebond en juin 2023. Numeum TechTalks
Emploi dans le numérique : voilà le rebond en juin 2023.

Sur la tendance annuelle, les statistiques sont plutôt bonnes. Le numérique a créé plus de 47 000 emplois en France l’an dernier. Ainsi, au premier semestre les entreprises du territoire ont contribué à créer plus de 19 000 emplois. La grande majorité des start-ups ont créé des emplois ou maintenu leurs effectifs.

La Greentech, forte créatrice d’emploi

Au palmarès de la verticale la plus créatrice d’emploi, on retrouve en premier lieu la Greentech. Le secteur a généré pas moins de 3 300 emplois créés au premier semestre, soit un recrutement sur six (17 %). Suivent ensuite les marchés de la Transporttech, de la Fintech mais également des Deeptech et de la ConstrucTech.

Olivier Robillart