il y a 2 semaines -  - 4 minutes

Covid-19, comment la tech et le logiciel se mobilisent

La crise sanitaire liée à la propagation du Covid-19 fait croître un besoin en termes de technologies et de services collaboratifs. Un signal entendu par les éditeurs de logiciels, lesquels proposent leurs outils en version gratuite ou Freemium.

Consécutivement à la montée des besoins en termes de télétravail, de nombreuses entreprises font désormais appel aux solutions de partage ou de collaboration. Face à ces usages nouveaux, ou tout du moins l’essor considérable de ces derniers, les éditeurs répondent à l’appel. Cette réponse peut alors se présenter de manière protéiforme afin de permettre aux professionnels d’assurer une continuité d’activité professionnelle à domicile. Une aubaine dans ce contexte difficile lié au Covid-19.

Covid19 Techtalks

Parmi les outils qui permettent de conserver un lien entre les équipes et de poursuivre l’activité figurent les outils de conférence Web. Les éditeurs ont ainsi adapté leurs systèmes de tarification afin de répondre à la demande. Dès lors, nombre d’entre eux constatent des pics d’usage au sein de leurs solutions. Répondant de facto à la demande actuelle.

C’est le cas par exemple de Google. Le groupe a ainsi annoncé dans les premières heures du confinement la disponibilité des fonctionnalités Premium de Hangouts Meet pour tous les clients de sa solution Suite. Cette facilité d’utilisation est autorisée jusqu’à la date 1er juillet 2020. L’outil du groupe de Mountain View a l’avantage de permettre l’organisation de réunions pouvant totaliser jusqu’à 250 participants par appel. Ces mêmes meetings peuvent alors être enregistrés dans Google Drive en vue d’une consultation ultérieure.

Nous avons fait le choix de proposer aux PME des solutions gratuites avec implémentation rapide

D’autres outils en vogue comme Zoom ont fait le choix de rendre leur solution davantage accessible en supprimant par exemple la limitation de 40 minutes de son offre gratuite. Un choix délibéré qui permet d’entrevoir en partie l’avenir.

Des propos repris par Olivier Novasque, fondateur et CEO de Sidetrade : « Les délais de paiement sont d’ores-et-déjà et vont devenir à terme un enjeu majeur dans les jours à venir. C’est pourquoi nous avons fait le choix de proposer aux PME des solutions gratuites avec implémentation rapide. Il s’agit véritablement là d’un élément clé de soutien face au Covid-19 pour nos clients et l’ensemble de l’écosystème ».

Le soutien aux entreprises clientes est donc nécessaire pour également aux sociétés éditrices de solution. Un mouvement en ce sens était donc opportun pour soutenir les entreprises. A ce titre, Cédric O, secrétaire d’Etat en charge du numérique a annoncé que de nouvelles mesures seraient prises tel que le versement anticipé du CIR, des aides à l’innovation, un financement de bridges, tout comme l’adaptation des critères de garantie de prêt. Selon les mots du ministère, ce « plan spécifique de soutien à la trésorerie des start-ups de 4 milliards d’euros a pour objectif d’aider la French Tech à traverser cette crise ».

Des plateformes ouvertes pour la population

Nombre d’éditeurs ont donc compris l’intérêt de faire montre de solidarité dans le contexte actuel. Outre Berger-Levrault, certains d’entre eux comme Oodrive ont, dans un esprit de solidarité, offert à chaque entreprise qui en formule la demande un abonnement de 3 mois à sa plateforme de signature électronique. Cela permet ainsi d’ouvrir à tout intéressé un pack de 100 signatures, sans engagement.

Stéphane Ankaoua, Chief Operating Officer d’Oodrive, précise à ce titre que : « Dans un contexte de télétravail généralisé en cette période de fragilité, nous souhaitons contribuer au maintien de l’activité des entreprises. En mettant gracieusement notre plateforme de signature électronique à leur disposition pendant trois mois, nous espérons pouvoir leur faciliter encore plus le travail à distance ».

Oodrive propose ainsi aux entreprises la possibilité d’envoyer et de signer tous leurs documents en quelques clics et en toute confiance, avec une offre conforme au règlement européen eIDAS et aux normes françaises.

Des chatbots sont à même d’envoyer des alertes à certains moments de la journée pour demander à la personne confinée de vérifier sa température

A terme, des technologies peuvent aider la population à endiguer la propagation des virus tels que le Covid-19. C’est le cas par exemple des chatbots qui, lorsqu’ils sont mis à la disposition des autorités peuvent permettre de circonscrire la diffusion d’une pandémie. A Taïwan, l’expérience a par exemple démontré que les personnes touchées par le Covid-19 et placées en quarantaine étaient surveillées grâce au signal de leur téléphone mobile. Comme le souligne un retour d’expérience d’un expatrié publié par l’Usine Digitale, les autorités ont amélioré le procédé en adjoignant au suivi GPS des patients un chatbot développé par HTC et l’application de messagerie Line.

Un médecin local précise à ce titre que les chatbots sont à même d’envoyer des alertes à certains moments de la journée pour demander à la personne confinée de vérifier sa température ou de rapporter d’éventuels symptômes. De son côté, la personne résidente a la possibilité de poser les questions qu’elle souhaite. L’utilisation de cette technologie a ainsi permis de contrôler l’évolution médicale de chaque personne confinée. Un apport conséquent de la technologie qui a autorisé un suivi en temps réel de la situation. De quoi limiter la progression de virus.