il y a 3 mois -  - 3 minutes

Handicap en entreprise : comment être inclusif

La France favorise par la loi l’intégration des personnes présentant un handicap en entreprise. Ces dernières peuvent toutefois redoubler leurs attentions en la matière. Et ainsi proposer de véritables actions inclusives, comme le souligne Numeum dans une conférence dédiée au sujet.

En France, chaque entreprise de 20 salariés et plus doit employer des personnes en situation de handicap. Et cela, dans une proportion de 6 % de l’effectif total. Cette véritable obligation d’emploi inscrite dans la loi concerne tous les salariés. L’employeur doit donc établir une déclaration, tous les ans, relative au nombre d’emplois occupés par une personne présentant un handicap en entreprise. Et ainsi justifier qu’il respecte son obligation d’emploi. A défaut, une contribution annuelle doit être versée auprès de l’URSSAF.

Françoise Farag (Salvia Développement), administratrice de Numeum et présidente de la commission inclusion explique : « nous menons de nombreuses actions en direction de tous les publics. Le sujet du handicap en entreprise, comme de l’illectronisme, est une de nos préoccupations majeures. Le point qui nous intéresse couvre littéralement le champ des talents, quels qu’ils soient. » Toujours est-il que selon le Défenseur des droits, les discriminations à l’encontre des personnes handicapées demeurent parmi les principales sources d’inégalités.

Photo de Tim Mossholder sur Unsplash handicap en entreprise Numeum TechTalks

Afin de limiter les effets négatifs touchant les personnes en situation de handicap en entreprise, les acteurs du numérique, membre de Numeum, agissent en faveur de l’accessibilité numérique. Ainsi, toutes les entreprises quel que soit leurs effectifs doivent réaliser chaque mois les informations relatives aux bénéficiaires de l’obligation d’emploi.

Handicap en entreprise : de lourdes amende en cas d’infraction

A noter que lorsqu’une entreprise « franchit » le seuil des 20 salariés (ou nouvellement créée), elle dispose de cinq années pour se mettre en conformité. En compter en son sein 6 % de ses effectifs en situation de handicap. Quant à la sanction en cas de manquement, une contribution annuelle pouvant aller de 400 à 600 fois le Smic horaire (en fonction de la taille de l’entreprise) est exigible.

Aussi, une entreprise qui n’aurait pas effectué d’action positive durant 3 ans peut encourir de lourdes sanctions. Une contribution annuelle de l’ordre de 1 500 fois le Smic horaire par unité manquante peut alors être exigée. Toutefois, l’objectif du législateur est de résolument faire bouger les lignes. C’est pourquoi Numeum tente d’informer les entreprises, qui par défaut de connaissances, pourraient recevoir de telle amendes. « L’idée est de faire comprendre que le numérique est en recherche de talents et que ces postes peuvent être saisis par les personnes qui présentent un handicap. Il est donc capital de renforcer la formation« , précise Françoise Farag.

Vers un management inclusif

Le sujet du handicap en entreprise peut tout à fait être adressé par les managers. De bonnes pratiques éditées par Numeum et l’AFMD sont ainsi proposées pour ces derniers. Ainsi une approche inclusive peut permettre d’agir à tous les niveaux. L’idée est de prendre en compte les contraintes managériales en lien avec les objectifs de la diversité en entreprise.

Photo de Jess Bailey sur Unsplash intelligence générative propriété intellectuelle TechTalks Numeum

Johanna Rivière, fondatrice de PropulZ’up et membre de Numeum, Femmes du numérique et Numeric Emploi Grand Est explique : « 85 % des dirigeants qui se sont engagés en faveur de l’inclusion et de la diversité indiquent avoir des meilleures performances de l’ordre de 30 %. Aussi, 87 % des salariés qui travaillent avec des personnes porteuses d’un handicap en entreprise expliquent que l’impact de cette présence est positive. »

Ainsi, plusieurs leviers existent. Une meilleure inclusion peut alors permettre d’attirer et de fidéliser les talents. Et cela, tout en maintenant une continuité de l’activité en réduisant le turnover. Sur le volet économique, le management inclusif permet de développer des produits et services accessibles à tous.

Handicap en entreprise : les solutions existent

Avoir un parcours d’inclusion peut s’inscrire dans l’ADN d’une entreprise. Certaines d’entre elles ont fait le choix de développer une approche forte en matière d’accessibilité numérique. Aurélien Levy, directeur de la société de conseil Temesis, explique : « il est tout à fait possible de contribuer à rendre le monde plus inclusif en améliorant l’accessibilité aux services numériques tout en recrutant des personnes dites RQTH. Nous croyons particulièrement aux démarches vertueuses visant à former les personnes puis en leur proposant des contrats de prestation avec des entreprises partenaires. »

Ces personnes peuvent alors intervenir sur des missions d’auditeurs en accessibilité numérique des outils digitaux proposés par un client. Leur champ de compétences peut aller du cadrage, audit de conformité à la déclaration d’accessibilité et à l’accompagnement de mise en œuvre.

Olivier Robillart